Réflexions – Journal d’un mémoire : Précisions sur la fanfiction

Le mémoire que j’entreprends pour cette seconde année de master portant sur les fanfictions, il me faut bien expliquer ce qu’est ce phénomène d’écriture. Après plusieurs recherches, je vais tenter d’apporter des éléments de réponse en me focalisant sur l’origine de ce mouvement mais également sur les formes de la fanfiction et ses buts. Il ne s’agit pas pour ce billet de traiter de la spécificité des fanfictions de Wakfu mais plus du phénomène de manière générale.

On a tendance à considérer que Henry Jenkins fut le premier auteur, chercheur plutôt, à s’intéresser aux phénomènes des fanfictions. Son livre, deuxième essai publié, Textual Poachers : Television Fans and Participatory Culture (1) apparait en 1992. Comme le précise la description de l’ouvrage sur Amazon, « Textual Poachers offers an ethnographic account of the media fan community, its interpretive strategies, its social institutions and cultural practices » (2). Ce qui nous intéresse plus particulièrement ici, pour ce mémoire, c’est les « cultural pratices », autrement dit les pratiques culturelles des fans. Dans ces pratiques, on retrouve les fameuses fanfictions sous l’appellation générale « fandom » (3).

 

Textual Poachers, d’Henry Jenkins

Ces fanfictions, ou « fanfic », naissent dans les années 60 aux États-Unis. Ce sont des séries télévisées, comme Star Trek, qui amènent une foule de fans à se passionner pour un univers fictif mais également à tisser des histoires à partir de ce canevas. Les publications de fanfictions se font d’abord via des fanzines comme le précise Joan Marie Verba à propos de Star Trek : « In September 1967, as fanzine called title page Star Trek, wich Gene Roddenberry had brought to the convention, to put out a fanzine devoted to Star Trek Spockanalia began its second season, a appeared in New York City. The called it « a one shot published by Devra Langsam and Sherna Comerford » » (4).

Comme les technologies évoluent, la publication des fanfictions évolue également. Joan Marie Verba, encore, nous narre cette évolution du papier à Internet à la fin de son ouvrage A Trekker fan and zine history : « A large amount of fan fiction regularly appears on newsgroups, e-mail groups (listservs), orweb sites. A growing number of  fans have never read a paper fanzine, and express no desire to, preferring the instant accessa and instant feedback of online publishing. Fanzines printed on paper have become rare. » (5)

 

A Trekker fan and zine history, de Joan Marie Verba

Malgré ces changements de mode de publication, les fanfictions continuent d’exister, encore aujourd’hui. Le principe reste le même, il s’agit toujours d’une fiction écrite par un fan à partir d’un univers qu’il apprécie (6). Le but est de « continuer l’histoire (sequelle), en raconter la préface (préquelle) ou encore combler les béances du scénario » (7). Le grand vainqueur, actuellement et quantitativement, reste la saga Harry Potter de J.K. Rowling avec environ 600 000 fanfictions. Le chiffre évoluant grandement chaque jour. Le site etude.fanfiction.free.fr a réalisé un très intéressant relevé statistique qui montre que sont surtout à partir de livres ou de séries que les fans écrivent. Les jeux vidéo n’arrivant, l’étude date de décembre 2011, qu’en quatrième position. A noter que l’étude fut menée à partir du site fanfiction.net, pas le seul site regroupant des fanfictions mais un des plus importants (8).

Les formes des fanfictions sont variées. Elles empruntent autant aux formes d’écritures littéraires classiques (nouvelle, roman, conte…), et aux genres (héroïc-fantasy, policier…) (9), qu’elles inventent. Elodie Oger s’attarde, par exemple, sur ce que les auteurs de fanfictions appellent la « song-fic ». Il s’agit d’une histoire courte (en un tome, un one shot) qui intègre les « paroles d’une chanson dans le texte » (10).

 

Affiche d’un fan sur son amour des song-fic

Il ne faudrait pas oublier non plus de mentionner, caractéristique importante de la fanfiction, l’aspect communautaire de ce mode d’écriture. Car, comme le dit Elodie Oger, « dans « fanfiction », il y a « fan », ce qui implique un rassemblement – même virtuel – de nombreuses personnes désirant partager leur passion et surtout leur vision, au travers de leurs écrits amateurs, de l’oeuvre dont ils sont fans » (11).

La prochaine fois, je pense vous parler plus précisément de l’univers de Wakfu. Comme il s’agit de l’autre élément central de cette étude, avec la fanfiction, il faut bien faire une synthèse de ce phénomène transmédiatique signée Ankama.

N’hésitez pas à commenter, à faire des critiques. Encore une fois, tout regard extérieur est une aide précieuse pour la réalisation de ce mémoire.


(1) http://www.amazon.com/Textual-Poachers-Television-Participatory-Communication/dp/0415905729 : Textual Poachers : Television Fans and Participatory Culture (Amazon)

(2) http://www.amazon.com/Textual-Poachers-Television-Participatory-Communication/dp/0415905729 : Textual Poachers : Television Fans and Participatory Culture (Amazon)

(3) Joan Marie Verba donne la définition suivante dans son livre A Trekker fan and zine history : « Fandom (sf) – collectively, fans and their fan activities fanfic (sf) » : « les fans et leurs activités de fans ».

(4) A Trekker fan and zine history, de Joan Marie Verba

(5) « Une large partie des fanfictions apparait régulièrement sur des groupes dédiés à l’actualité, des centralisations de courriels, des sites internet. Un nombre grandissant de fans n’a jamais lu un fanzine papier et ne le souhaite pas, préférant l’immédiateté d’accès de la publication internet. Les fanzines papiers ou imprimés sont rares ». A Trekker fan and zine history, de Joan Marie Verba

(6) L’article français wikipédia sur les fanfictons résument cela : « Une fanfiction, ou fanfic, est une fiction écrite par un fan dans laquelle il reprend les éléments ‘univers et/ou personnages) d’une oeuvre qu’il a appréciée. »

(7) Fanfiction, Wikipédia

(8) Répartition des histoires par catégorie et fandom (etude.fanfiction.free.fr)

(9) Elodie Oger évoque cette variété dans son mémoire Littérature et Internet : la fanfiction. Enjeux littéraires et éditoriaux : « La fanfiction innove également au niveau des genres littéraires. La catégorie « Genres » des sites de fanfictions rassemble pêle-mêle des genres littéraires classiques (poésie, théâtre avec ses sous-genres la tragédie et la comédie, parodie), des genres plus récents (policier, thriller, documentaire, horreur, western, science-fiction, fantasy, surréaliste 102 ), des sous-genres (romance, action/aventure, humour, amitié, mystère, fantastique, écologie, nature, angoisse etc…) et des genres propres à la fanfiction (animal-fic, drabble, lyric-fic, school-fic, song-fic, yaoi/yuri, cross-over, hurt/comfort, anti, lemon, shipp, slash, self-inserted, lime, Mary-Sue…) Cette dernière liste n’est pas exhaustive mais permet de montrer la diversité des textes offerts aux lecteurs de fanfictions. »

(10) Littérature et Internet : la fanfiction. Enjeux littéraires et éditoriaux, Elodie Oger : « La song-fic est une fanfiction le plus souvent publiée en one shot, et qui, comme son nom l’indique, intègre les paroles d’une chanson dans le texte. Le titre habituellement donné à la fanfiction est le titre de la chanson elle-même. Suivant le schéma narratif le plus fréquent, le récit est raconté à la première personne, et exprime les réflexions et les sentiments du personnage dont le fan auteur a souhaité explorer la psychologie. »

(11) Littérature et Internet : la fanfiction. Enjeux littéraires et éditoriaux, Elodie Oger


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *